Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

De Quoi S'agit-Il ?

  • : La goélette de Mary Blue
  • La goélette de Mary Blue
  • : La goélette de Mary Blue
  • Contact
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 21:52

 

Un premier film en tant que réalisateur de Dan  Gilroy, scénariste de Jason Bourne. 


Louis Bloom, voleur minable, tombe par hasard sur un accident de circulation

 filmé par des cameramen free lance, il a trouvé sa voie.

 Il s'achète une caméra  et un scanner pour capter les appels radio

de la police et des pompiers et parcourt Los Angeles la nuit à la recherche

d’images choc et les  vend à prix d’or à une chaîne de TV locale.

 

 Sa course au spectaculaire n’aura aucune limite…

 

 
 

 

Le personnage tout à la fois amoral et antipathique est fascinant,

un sociopathe, menteur pathologique, ignoble, sournois, un charognard .
Jack Gyllenhaal est impressionnant, son regard reflète la folie du personnage,

 encore accentuée par sa maigreur .

Le thriller s'attaque au commerce du voyeurisme, de la télé poubelle. 

Excellent film, belle réalisation, scénario et acteurs impeccables,

avec Jake Gyllenhaal, Rene Russo, Bill Paxton et Riz Ahmed

Je le conseille ! A+ MB ;)

Repost 0
Published by Mary Blue - dans Cinéma
commenter cet article
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 00:00

 de Tommy Lee Jones avec Hilary Swank, 

en compétition officielle au Festival de Cannes,  

un  film sensé redonner leurs places aux femmes de pionniers, singulièrement oubliées

dans l'histoire de l'Ouest des Etats Unis et les westerns ...

 Hillary-the-homesman-photo-534bd9e78864c.jpg
Une histoire inédite, l'adaptation d'un roman éponyme de Glendon Swarhout,

 Mary Bee Cuddy est chargée, par tirage au sort du convoyage de  trois femmes hystériques,

pour les interner dans l'Iowa, les hommes  concernés , maris responsables de leurs maladies,

par les  conditions de vie imposées se défilent.
 

L'intrépide et  courageuse Mary  trouvera de l'aide pour ce long voyage

en engageant  George Briggs un  vagabond qu'elle sauve de la pendaison  ...


De belles images, des actrices et acteurs excellents

des décors et costumes très réalistes, 

des cow-boys et des chevaux  et même une bande d'Indiens,

un  film bien réalisé, quoique  j'ai préféré le  précédent  "Trois enterrements", 

 dommage que le scénario fasse disparaître la  courageuse pionnière au deux tiers

du film, désespèrée que sa quête d'un mari reste inaboutie, 

et  le héros masculin se retrouve seul  dans la réussite de l'expédition.


@+  MB ;) 
Repost 0
Published by Mary Blue - dans Cinéma
commenter cet article
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 00:00

 

Début des années 1960 , en Pologne communiste une orpheline de 18 ans

élevée dans un couvent catholique, est incitée par la mère supérieure

à partir Lublin, découvrir ses origines avant de prononcer ses vœux

et de se retirer du monde pour toujours.

.

De sa famille, il ne reste qu’une tante célibataire,

Wanda l’excellente Agata Kulesza.

Cette juge stalinienne qui fume et  noie dans l’alcool ses regrets et ses remords,

apprend à sa nièce que ses parents étaient juifs

et l’aide à découvrir de lourds secrets.

.

Un périple en voiture mène les deux femmes que tout oppose et rassemble

à la fois, la novice et l’athée, la vierge et la femme aux multiples aventures,

dans une campagne glaciale, brumeuse et miséreuse, en donnant un saisissant

résumé de l’histoire complexe de la Pologne, tiraillée alors entre la croix

et la faucille, le mysticisme et le matérialisme.


 

.

Le cinéaste Pawel Pawlikowski, aujourd’hui citoyen britannique,

est revenu tourner dans sa Pologne natale, un format carré noir et blanc épuré ,

la bande- son mélange le classique avec l'adaptation d’un  choral de Bach..

 et bercée par le jazz, avec  le saxo de Coltrane.


 

 

 

Le cinéaste  voue au Jazz une véritable passion depuis l’enfance

et cette musique à connu une explosion dans la Pologne des années 50.

 

Le film bouleversant  est porté par la jeune actrice débutante 

Agata Trzebuchowska .

 

 

 

@+MB ;) 

 

ps : voilà L. Hatem, c'est fait !

Repost 0
Published by Mary Blue - dans Cinéma
commenter cet article
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 00:00

 

Coup de coeur pour le film de Jalil Lespert *,


 

 

superbe réalisation ,  Pierre Niney  époustouflant,

 

Guillaume Gallienne impeccable...comme d'hab ,

 

Charlotte Lebon, Marianne Basler, Laura Smet , 

 

toute la distribution,

 

les seconds rôles,

 

les décors,Paris, le Maroc,

 

les défilés, les démons de la création

 

les boites de nuits, les dérives, la drogue

 

et l'histoire d'amour...


 

Une  bande- son extra

 

et  la  musique d'Ibrahim  Maalouf...

 

 

 

  Allez le voir et

si vous n'aimez pas revenez me le dire   ! 

@+MB ;-)


* Jalil Lespert , comédien et réalisateur 

 


Repost 0
Published by Mary Blue - dans Cinéma
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 16:04

 Coup de cœur pour ce film indien bien loin de Bollywood’.

 

Ila, ravissante jeune femme au foyer se met en quatre pour tenter

de reconquérir son indifférent de mari .

 

Aidée de sa voisine, elle mitonne chaque jour de savoureux déjeuners,

déposés dans la lunchbox, livrée par une gigantesque société qui dessert

toutes les entreprises de Bombay.

 

Le soir, elle attend de son mari des compliments qui ne viennent pas,

en réalité, il n’a pas dégusté la cuisine de sa femme ,

la "gamelle" n’est pas arrivée à son destinataire

elle a été remise accidentellement à un inconnu,

 comprenant qu'une erreur de livraison s'est produite 

 Ila glisse dans la lunchbox un petit mot…


Un régal de film, présenté à la Semaine de la Critique à Cannes

 

 

 

A travers cette histoire, rencontre d'une femme délaissée

qui osera refuser les traditions et d'un homme plus âgé et veuf , 

 le réalisateur Ritesh Batra  nous montre  

le quotidien de milliers d’employés indiens, au travail ,

dans les transports particulièrement vétustes

et la vie trépidante de la mégapole indienne en pleine évolution . 

 

Un film délicieux  qui  bénéficie d'un excellent "bouche à oreille" ....

Je vous le conseille , MB ;-))) 


PS  : pour LH, voilà c'est fait ! 

Repost 0
Published by Mary Blue - dans Cinéma
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 13:28

 comédien et réalisateur 

 est décédé hier des suites d'un AVC.

 

 Il avait 56 anshabitué des comédies, souvent cantonné aux seconds rôles, il

 interprête aussi  des personnages plus graves ou tendres ,

amateur de burlesque, auteur de "Grégoire Moulin contre l'humanité " link

.

.

et de la désopilante  " Clinique de l'amour "

 

 

 

 Depuis le temps que je devais  faire un article sur lui...

 et mettre en ligne une de ses chroniques matinales 

 dans l'émission de Pascal Clark "Comme on nous parle "

 sur France Inter link

 " ça suffit " ! 

 

 

 

 

 

  RIP...il ne "s'encolèrera " plus ... et ça me manquera .

Générique de fin  ....MB 

   

 


Repost 0
Published by Mary Blue - dans Cinéma
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 00:00

 

Douze ans, elle écoute du rock, porte jeans et baskets, et rêve de s'acheter un vélo ...

Quoi de plus normal ?

.

 

Pourtant, dans ce royaume, un de ceux ou les femmes sont des ombres,

 pas de fille sur une bicyclette c'est la honte ,  un loisir réservé aux garçons...

 

Elle va s'obstiner et donner réalité à son rêve, s'inscrire au  concours

de la meilleure élève coranique, pour gagner le chèque de récompense 

et atteindre son objectif interdit par la religion en faisant du zèle religieux.

.

 

C'est le premier film d'une cinéaste  saoudienne 

elle nous décrit subtilement avec des touches d'humour

et une ironie sous jacente qui dénonce , 

la  vie difficile  des femmes, autorisées à  travailler mais interdites de  volant , 

 la rigidité des règles religieuses, 

les rapports mère -fille,  le désir de liberté des jeunes filles...

 

Le film a été applaudi et primé à Venise, Premier prix au Festival  Art et Essai

.Wadjda.jpg

 

Haifaa Al-Mansour, a tourné son film à Ryad avec toutes les autorisations,

 un témoignage sur l'Arabie Saoudite d'aujourd'hui, pays sans cinéma .

 

Avec inteligence et fermeté elle nous raconte le fondamentalisme  religieux

qui étouffe  la liberté individuelle sous des normes sociales  ultra rigides . 

 

 Les femmes semblent complices de leur enfermement, la mère de Wadjda  

 renonce à prendre un job à l'hopital qui lui aurait permis d'être indépendante ...

 sa fille devra être  plus subversive, 

 et se battre pour regarder plus loin que le bout de  son voile .

 

Un extrait,

la première fois ou Wadjda découvre l'objet de ses rêves !

.
 Un film que je  vous conseille,  mais c'est vous qui voyez 
et  la petite Waad  du rôle titre est exceptionnelle de justesse.

 @+MB ;-)))  

 ps :  pour les prochains  Césars, dans la catégorie Premier film,  mon favori c'est 
 Louise Wimmer avec  Corinne Masiero, ce film  a aussi été distingué à Venise,
et l'interprète plus habituée  à des rôles annexes
concoure ... suis pas sûre de l'ortaugraffe, help LH  
pour le prix de la Meilleure actrice. je croise les doigts  !
.

Louise Wimmer

PS vendredi 22 février le César du premier film est  attibué à Louise WIMMER ! link 

re ps : 05  avril 

Une (petite) victoire pour les Saoudiennes , c'est Wadjda va être contente !

La Commission de promotion de la vertu et de prévention du vice  du pays a accordé aux femmes l’autorisation de faire du vélo, selon l’agence américaine United Press International.

 Désormais, monter à bicyclette ne sera plus un délit, ni une activité exclusivement réservée aux hommes.

Du  changement mais des conditions , faudrait pas exagèrer non plus ...

Les femmes devront être entièrement voilées et accompagnées d’un homme de leur famille.

Le vélo doit seulement servir à se divertir ou faire du sport et pas utilisé comme moyen de locomotion,  de plus, elles ne pourront circuler dans les zones de forte affluence.

 les saoudiennes autorisées à faire du vélo

 

et le droit de vote ? en  2015 ...

@+MB ;-)

 


Repost 0
Published by Mary Blue - dans Cinéma
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 23:46

Il l'a eût sa statuette  pour un second rôle,  celui du chasseur de primes ...bravo !  icon_biggrin.gif

  On a tout dit sur le " Django Unchained " de Quentin Tarantino !

  

 

 remake du  film des années 60 de Sergio Corbucci 

 à la sauce du très cinéphile Quentin Tarantino. 

 

 

 On  aime,  c'est mon cas, suis allée le voir 2 fois, d'abord en VF et  la seconde séance en VO, 

  on aime ...mais avec des  réserves voir  l'article d' AJE  link

 ou on n'aime  pas du tout,  peut- être ... vous  le direz dans vos commentaires ?

 

 Une  excellente réalisation dans son ensemble,

scénario, images, dialogues, musique, acteurs,

tous les acteurs et la distribution est impresionnante ! 

 

Le rôle titre, sa belle, les méchants, blanc ou noir,  Léonardo, Samuel L. Jackson

  ou Don Johnson "  Big Daddy" sa carrière pourrait être relancée ...

 

Mais le film ne serait pas une telle  réussite sans  l' interprète du  " Doc King Schultz",  

 dentiste un peu, 

 humaniste beaucoup

et néanmoins chasseur de primes, 

 un personnage énigmatique, qu'il interprête de façon magistrale

j'ai nommé l'excellent

 Christoph Waltz !

 

 

Je le trouve particulièrement séduisant avé la barbe ! icon_wink.gif

 .

Nommé aux prochains Oscars 2013,  dans la catégorie meilleur acteur dans un second rôle, 

il faisait déjà partie de la distribution d'Inglourius Basterds,  du même réalisteur,

dans  le rôle  remarquable et remarqué de l' horrible  et cynique nazi Hans Landa, polyglotte ,

couronné  par des prix multiples, une trentaine,  dont  un oscar du  second rôle, oui déjà ,  

et le Prix d'interprétation à Cannes en 2009... 


 

  Acteur, réalisateur, scénariste et  chanteur... link 

 né dans une famille d'artistes ,

grands- parents comédiens,  passeport austro/allemand,

 il raconte que sa vocation d'acteur est tardive, n'ayant  pas le feu sacré

 et finalement  il est rattrapé par l'atavisme familial,  

étudie au  conservatoire d'art dramatique  de Vienne,

et  part à New York   au Lee Strasberg Studio à la fin des années 70 .

 

 Ce sadique nazi, le rôle de sa vie dit il,  lui apporte enfin, la cinquantaine venue une

reconnaissance de ses réels talents d'acteur, espèrons qu'il ne sera pas cantonné

exclusivement dans le cynisme, jeu  qu'il maîtrise à merveille !

 

 

 Sa carrière  se résumait à des  films, téléfilms, la plupart inédits en France , 

 ( quand même vu sur une chaîne française ,

une histoire située en Franche -Comté enneigée, si ! si !

 "Dessine moi un jouet" avec C. Frot et Roland Blanche ...icon_cool.gif) .

  En Allemagne il  enchaine les tournages,

des rôles peu valorisants, docteur, professeur, espion

 dans les séries Rex le chien flic, et autre Tatort 

 qui lui ont donné  parfois l'envie  d'abandonner le métier !

Derrick ...

 

 

 En 2011, suite à son succès Tarantinesque, devenu   le  méchant idéal  il  enchaîne

"The green Hornet" de  Gondry,

" De l'eau pour les éléphants"  de F. Lawrence  

et  Richelieu dans "Les 3 mousquetaires"  de  P. Anderson, 

 

 On  le voit ensuite, toujours excellent,  marié à Kate Winsley,

 dans  le film de Roman  Polanski, "Carnage", link

 adaptation de la pièce de Yasmina Reza , "Le dieu des carnages" ,

  un huis-clos grinçant, l'histoire de deux couples de new- yorkais, 

qui se déchirent pour une banale altercation de leurs fils . 

 

 

 Comédien subtil, homme  discret  il  vit entre Londres et Berlin,   

 valse avec les langues, l'allemand forcément

 l'anglais,  le français, et un peu l'italien, 

 que lui souhaiter d'autres pour notre plaisir et le sien

 sinon des  beaux rôles à la mesure de son talent ! 

 

 @+MB ;-))) 

 

Et un peu de zik pour en revenir à  son rôle dans "Django unchained"  link 

et qui sait un images?q=tbn:ANd9GcTogSYWiRwWvwLOpFFqSvz

Repost 0
Published by Mary Blue - dans Cinéma
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 00:00

 

 Ça fait un moment que je pensais faire un billet sur lui  et survoler une carrière interrompue en 1982...

 

 La pléthore de news et autres articles sur le " nouvel  exilé russe pote de Poutine " m'y pousse,

 comme  qui dirait un ras- le - bol  de son omniprésence et de ses provocs et m'a donné une

furieuse envie de revoir les films  de Dewaere et  rien que lui, j'ai donc boycotté dans cet article  ceux qu'ils ont tourné ensemble...tout comme j'ai décidé aussi de ne plus jamais débourser le moindre kopek,

pour  aller voir un film du  nouveau résident "mordove", grrrrr ! ARF   ! 

 

Ce sera une exception, chers collègues over- blogueur,  j'aime bien parler du cinéma actuel et

je ne compte pas piétiner trop souvent les  plates-bandes  de Fatizo et Geka . 

 

Comédien des plus brillants, le plus brillant  de sa génération, né à St Brieuc le 27 janvier 1947,

Jean-Marie Henri Bourdeaux, dans une famille d'artistes, il débute à quatre ans, sous le pseudonyme

de Patrick Maurin,  le nom de sa mère Mado,  actrice et la fraterie  des "petits Maurin" tourne

 nombreux  téléfilms et feuilletons.

 

Il en finit avec la vie 35 ans... admiré par de nombreux jeunes comédiens des générations suivantes

qui citent encore sa façon de jouer et toujours regretté par des spectateurs et spectatrices

dont je fais partie. 


 

 Acteur, pas seulement il est aussi attiré par la musique et signe celle de" F. comme Farbanks "

de M.Dugowson,  enregistre 2 disques, chante même un duo avec Françoise  Hardy *  link ,

 pianiste à l'occasion dans "Beau -père" de Bertrand Blier  

"Le blues du pianiste".

.

.
Pendant sa première carrière, feuilletons, pièces de théâtre,
films avec M. Allégret, H.G. Clouzot, etc ...
il est Patrick Maurin jusqu'en 1967, suite à des différents familiaux,
il change de nom, utilise celui de sa grand -mère maternelle Devaëre,
 remplace le V et devient  Patrick Dewaere.
 
 Sa seconde, démarrera avec  la troupe de Romain Bouteille  au Café de la Gare en 68, 
une pépinière de talents, Coluche, Miou-Miou, Guybet, Lamotte, Renaud ...
et la troupe s'agrandit, G. Lanvin,
Balasko, Jugnot , GG, Anémone,  Lhermite...
 
 
Dès 1971 il  enchaîne les films, avec plus ou moins de succès, jusqu'en 82, il se suicidera le 16 juillet  
juste avant le tournage du " Edith et Marcel de Lelouch ,
Mon 1er souvenir  de lui date de 1971,  dans " Les mariés de l'an ll "  de J.P. Rappeneau  
un petit rôle à côté de Bebel et Marlène Jobert en têtes d'affiche, musique de Michel Legrand  link 

 Il n'a jamais obtenu la moindre récompense aux Césars, pourtant 6 fois nommés de 76 à 82,
 et justement c'est dans mes films préfèrés,  de  P. Granier- Defferre "Adieu poulet", 
.
 Lino Ventura,V.Lanoux, P.Tornade,F.Brion...  link , 
 
Claude Miller "La meilleure façon de marcher" ,
 P. Bouchitey, C. Pascal, C. Pieplu... link 
.
La-meilleure-facon-de-marcher.jpg
 Yves Boisset " Le Juge Fayard,  dit le Shériff ",link
 Aurore Clément, Philippe Léotard,J.M.Bory M.Bozzuffi, J.Bouise  ...
.
Alain Corneau " Série Noire " Marie Trintignant, Myriam Boyer, Bernard Blier ... 
  c'est dans ce film qu'il est le plus impressionnant.


 .
Claude Sautet  "Un mauvais fils  "  link
B. Fossey, J. Dufilho,  Y.Robert , C.Maurier ...
.
       
 " Beau - père " , Maurice Ronet, Ariel  Besse , Nathalie Baye ...link
beau-pere-film.jpg
 .
Quel acteur magnifique ... le meilleur de sa génération je vous dis !  !

 Merci bien'g de votre visite sur la Goélette.
 Bonne Année ! @+MB ;-))) 
.
* Françoise H. une future exilée aussi peut - être ?  Elle en avait parlé avant les élections ...
     
Repost 0
Published by Mary Blue - dans Cinéma
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 22:25

 

Ce mercredi est sorti un  délicieux film  mitonné par Christian Vincent avec Catherine Frot, Jean d'Ormesson ,  Arthur Dupont, Hippolyte Girardot ...

 

Allèchée doublement par le titre et la bande annonce, je n'ai pas résisté, je me suis mise à table, tsssss ! pas à table dans un fauteuil pour une dégustation immédiate     avec une trentaine de gourmands dans la salle .

 

Hortense Laborie est une cuisinière réputée qui vit dans le Périgord. A son grand étonnement , un haut fonctionnaire la convoque  à Paris pour un entretien , elle sera nommée  responsable des repas personnels  du Président au Palais de l’Elysée car il aspire à retrouver une cuisine simple , à l'ancienne et féminine

 

Un monde sans pitié  les cuisines de la présidence et du pouvoir, un monde d'hommes que  sa venue dérange,  son caractère bien trempé lui permettra de s'imposer malgré les jalousies des chefs de la cuisine centrale  et son savoir -faire séduira le chef de l'état .

 

Le film est  piquant, drôle et plein de saveurs , mmmmmm ..." le chou farci au saumon cuit au torchon " , les magrets miam , de dureté  car la dame  est sans concession, de douceurs aussi,  le Saint Honoré   mmmmmm ....et autre tarte aux fruits rouges ! 

 

 Il nous dévoile la vie  fourmillante  au sous -sol des cuisines de l' Elysée,  à travers le parcours  romancé de Danielle Mazet- Delpeuch qui fût la cuisinière de F.Mitterand , jamais nommé  dans le film , Jean d'Ormesson acteur débutant qui l'interprète se sort bien du rôle , très crédible l'écrivain  et Catherine Frot est pleine d'allant  !

 

 

 

 

 

  J'avais envie de mettre mon grain de sel ....

 le film est plaisant , j'espère vous avoir mis l'eau à la bouche , 

et sans vouloir ramener ma fraise, 

on peut parler  encore cuisine  dans  les commentaires

j'ai quelques recettes aux petits oignons ! !

@+MB ;-)))




  • Une zik  !  "Presque oui ", Les perroquets de Périgord , 

    il sera dans le Gard  en juin 2013  pour un concert , pas pour cuisiner   !,

Repost 0
Published by Mary Blue - dans Cinéma
commenter cet article